AttraitsToristiques-365x725Le village de Saint-Antoine-sur-Richelieu offre aux visiteurs plusieurs points d’attrait. Outre le circuit patrimonial, la Maison de la culture Eulalie-Durocher offre une programmation variée pendant toute l’année : expositions, concerts intimes, conférences et spectacles. On peut également visiter l’église le dimanche, de midi à 16 heures, de la Saint-Jean à la fête du Travail. Des restaurants ouvrent leurs portes aux visiteurs et quelques gîtes du passant sont également disponibles.

D’une superficie d’environ 66 kilomètres carrés, la Municipalité de Saint-Antoine-sur-Richelieu est située à 55 kilomètres au sud-est de Montréal. Elle borde la rivière Richelieu sur une quinzaine de kilomètres. Plus de 98 % de la superficie est occupée par l’usage agricole.

Les rangs qui sillonnent le territoire ont conservé un caractère typique alors que le village recèle une foule de bâtiments patrimoniaux formant un ensemble fort intéressant.

La population de 1 700 habitants est distribuée également entre la partie villageoise et la partie agricole de la municipalité. On note une bonne répartition de la population à travers la pyramide des âges. La population s’est quelque peu modifiée avec le temps. Après avoir atteint un sommet de 2000 âmes en 1842, la population n’a cessé de décroître et ne comptait que 1193 personnes en 1958. Elle comprend maintenant 1600 citoyens. L’installation dans les années soixante et soixante-dix des aciéries dans la municipalité voisine de Contrecoeur a attiré plusieurs travailleurs et leur famille dont un bon nombre ont élu domicile à Saint-Antoine. Le courant de « retour à la terre » de cette époque a également attiré plusieurs personnes, dont nombre d’artistes. La beauté des paysages, le calme champêtre et la proximité de la grande région montréalaise en font un endroit de vie exceptionnel et attirent plusieurs jeunes parents soucieux de donner un environnement favorable à l’épanouissement de leurs enfants.

Monuments et sites historiques

Saint-Antoine peut s’enorgueillir de plusieurs monuments dont le plus important est, sans contredit, son église dont les murs extérieurs remontent à 1779. Les clochers et l’intérieur ont été détruits par un incendie en 1913 et rebâtis en 1914-1915. Le parc de la Fabrique présente plusieurs jalons de notre histoire : un monument en l’honneur de George-Étienne Cartier érigé en 1919; une plaque commémorative rappelant l’arrivée de quatre frères Archambault considérés comme les fondateurs de Saint-Antoine; le Mai des Patriotes à la mémoire des Antoniens qui ont participé à la bataille de Saint-Denis et particulièrement de ceux qui y sont morts (Honoré Bouteillet, Benjamin Durocher, Lévis Bourgeois et André Mandeville) et les meules du moulin banal démoli depuis plus de cent ans et retrouvées, vers 1950, par Ovila Cordeau en labourant son champ. Des monuments marquent également l’emplacement des maisons natales de George-Étienne Cartier et d’Eulalie Durocher, lesquelles sont aujourd’hui disparues.

Les maisons ancestrales

Les citoyens de Saint-Antoine s’enorgueillissent des belles vieilles demeures qui ont été entretenues avec soin depuis plusieurs générations. Grâce à la richesse et à la qualité de ce patrimoine, la municipalité a été choisie membre de l’Association des plus beaux villages du Québec. On y compte plus d’une cinquantaine de maisons centenaires dont plusieurs ont plus de 150 ans.

L’une des plus spectaculaires est, sans contredit, le Château Saint-Antoine bâti en 1898 par Louis-Joseph Cartier (petit cousin de George-Étienne), commerçant et seigneur de Contrecoeur par son mariage à Ermelinde Kemneur-Laflamme. Celle-ci avait hérité du titre de son père, Joseph Kemneur-Laflamme, qui avait acheté la seigneurie en 1872. Cette propriété de style mauresque est devenue, depuis 1988, un restaurant réputé qui se spécialise également dans les réceptions de mariage. Le fils de Louis-Joseph Cartier, Joseph-Louis qui était photographe professionnel, fut le dernier seigneur de Contrecoeur. À sa mort, en 1948, il laissa une abondante collection de photographies qui témoignent de la vie à Saint-Antoine de 1900 à 1930.

À l’occasion de son 250e anniversaire de fondation en l’an 2000, la municipalité a inauguré un circuit patrimonial qui permet d’admirer une trentaine des plus belles maisons ainsi que les monuments. Une brochure qui présente l’historique de chaque site du circuit est disponible dans les commerces du village.